2) Les autres types de cancer

Le cancer de la thyroïde :

On parle de cancer de la thyroïde lorsqu’une tumeur ou une masse cancéreuse se développe dans cette glande (située dans la gorge). Normalement les cellules thyroïdiennes se renouvellent de façon constante et régulière. Il arrive cependant que des anomalies surviennent dans certaines cellules perturbant ainsi le cycle normal de croissance cellulaire. Les cellules anormales qui continuent de croître et de se reproduire de façon anarchique finissent par former une tumeur.

Il existe quatre principaux types de cancers de la thyroïde :

-papillaire
-folliculaire
-médulaire
-anaplasique

Les cancers papillaires et folliculaires sont les plus fréquents, expliquant 90% des cancers thyroïdiens. Le cancer de la thyroïde est presque trois fois plus fréquent chez la femme que chez l’homme. Contrairement à la plupart des autres cancers en règle générale, il frappe à un âge précoce. En effet, la majorité des patients sont âgés de 20 à 54 ans. Les chances de guérison sont en fonction du type de cancer, de son siège anatomique, de l’âge du patient et de son état en général.

 
Développement de ce cancer :

La fonction thyroïdienne, importante à tout âge, est encore plus sollicitée chez l’enfant que chez l’adulte, puisqu’elle joue un grand rôle dans le développement de l’organisme. Les glandes thyroïdes agissent par l’intermédiaire d’hormones. La synthèse de ces hormones dépend de l’apport en iode minéral. Ainsi, l’incorporation d’iode radioactif chez l’enfant conduit à une grande probabilité de former des clones mutés.

Tant que ces particules restent dans l’environnement, le risque de contamination reste faible voire nul pour l’organisme même si le rayonnement est intense. C’est en fait lorsqu’elles entrent au contact de l’organisme qu’elles deviennent toxiques et donc dangereuses. Lorsqu’elles pénètrent à l’intérieur du corps par inhalation ou ingestion, le rayonnement devient un puissant agent cancérogène.

Concernant plus précisément le cancer de la thyroïde, le rayonnement irradie l’iode présent dans l’air. Lorsque celui-ci entre en contact avec l’organisme humain, la glande thyroïde le confond avec d’autres éléments nécessaires à sa physiologie. Ainsi, il fixe dans la glande thyroïde l’iode 131 (radioactif)) à la place de l’iode 126. Or, c’est justement l’irradiation ou l’ingestion de ces éléments qui provoquent parfois des cancers de la thyroïde.

Les rayons dits ionisants détruisent les chaines de l’ADN et provoquent des mutations. Les mutations engendrent différentes conséquences comme les cancers.







L’événement initiateur du cancer se produit au niveau de la molécule d’ADN. On a donc vu que l’ionisation de la molécule d'ADN produit des lésions. Si ces lésions ont échappé au mécanisme de survie que sont les enzymes ou à l’apoptose (mort programmé de la cellule), elles conduisent à une mutation irréversible qui est fixée dans le  génome, après la division de la cellule touchée. Cela constitue la première étape conduisant à l’apparition du cancer.

Mais cette étape seule n’est pas suffisante pour entrainer le développement d’un cancer. D’autres facteurs (comme l’irradiation) favorisent la multiplication des cellules mutées et l’acquisition de nouvelles mutations menant au cancer. Le grand nombre d’étapes menant à l’apparition du cancer explique le délai entre une irradiation et le développement du cancer.

La capacité de division de la cellule dépend de sa propre fonction et de la nature du tissu. Plus une cellule irradiée se divise rapidement, plus le cancer apparaitra rapidement.

 Cancer du poumon :

Les cellules du poumon se renouvellent peu et lentement. Une cellule mutée ne se développera pas dans des conditions normales. Si la mortalité cellulaire est forte, des mécanismes de compensation commandant la multiplication des cellules restantes, qu’elles soient intactes ou mutées, ce qui augmente la probabilité d’obtenir un clone. Ainsi, c’est une mortalité des cellules du poumon forte qui entrainera une division cellulaire et donc favorisera le développement d’un cancer du poumon par multiplication des cellules mutées par irradiation.


L'image “http://www.bioteach.ubc.ca/CellBiology/Oncogenes/oncogene%20formation.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

L’intervention de plusieurs facteurs produit un délai important entre l’irradiation des cellules du poumon et l’apparition d’un cancer du poumon. Ainsi ce cancer peut apparaitre plus de dix ans après l’irradiation.

Le cancer osseux :

Les lésions induites par l’incorporation de radium (substance très radioactive)donnent essentiellement suite à des cancers osseux.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site