2) Effets stochastiques (ou aléatoires)

   Ce sont les effets aléatoires et qui s’étalent à long terme. Les effets stochastiques sont provoqués par une mutation non-létale de l’ADN et sont caractérisés par la mutation des cellules touchées. Contrairement aux effets déterministes, la gravité des effets stochastiques n’est pas fonction de la dose reçue lors de l’exposition, seule la probabilité d’apparition en dépend.

Le passage d’un rayonnement (alpha beta ou gamma) brise par collision directe ou attaque indirecte la chaine moléculaire de l’ADN.

   

 

 

 


Cela ne produit pas de grave effet puisque chaque jour il peut se produire jusqu’à 15000 cassures du brin d’ADN par cellule. Les cellules disposent de mécanismes de réplication et de réparation.

La réparation fautive peut conduire à l’apparition d’une mutation de l’ADN qui n’est pas grave pour déclencher mort de la cellule mais pour constituer un danger ultérieur. Les conséquences des mutations de l’ADN conduisent le plus souvent au développement d’un cancer, et peuvent éventuellement avoir des conséquences héréditaires. Les irradiations à faible dose peuvent aussi avoir des conséquences très graves chez un embryon ou un fœtus.

Ces effets peuvent entrainer une instabilité génétique : apparition de modification génétique plusieurs divisions cellulaires après l’irradiation. L’apparition de ces effets est considérée comme liée de manière prépondérante aux mutations. 

 

 

 

 

Schéma résumant les différents mécanismes engendrant les modifications de la cellule après son exposition à un rayonnement ionisant.

 

 

       

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×